L’écriture collaborative comme stratégie d’apprentissage (CAMP TIC jour 3)

L’utilisation d’une plateforme d’écriture collaborative peut-elle aider à construire des connaissances et à développer des compétences ? Faut-il privilégier des moments pour amener les élèves à collaborer ? Quelle différence existe-t-il entre la collaboration et la coopération ? Voici de belles questions pour amorcer cette troisième journée de CAMP TIC de la FEEP.

C’est à Marie-Claude Gauthier, du Collège Jean-Eudes, qu’est revenu le rôle d’animatrice afin d’illustrer la richesse du travail collaboratif avec les élèves. Bien sûr, il a été question de planification et d’organisation de séquences d’enseignement pour amener les élèves à collaborer plutôt que de simplement coopérer. Vous avez compris ? Il a été question d’amener les élèves à s’investir dans une même tâche de manière concertée plutôt que chacun fasse sa part sans nécessairement établir les liens avec les autres.

Écriture collaborative Marie-Claude Gauthier

Écriture collaborative
Marie-Claude Gauthier

Pour y parvenir, il est bien évident que le recours aux plateformes d’écriture collaborative offre l’avantage de mettre rapidement les élèves en action et même en interaction avec les autres membres de leur équipe dans la réalisation de la tâche à accomplir. Certaines plateformes, telles EtherPad entre autres, permettent même de voir littéralement la contribution de chaque élève, car leur apport est identifié par une couleur distincte.

La pertinence des traces laissées par chacun des élèves à la réalisation d’une activité a certes ses avantages quand il est question de « contrôler » le juste apport de chacun. Or, au-delà de cette fonction régulatrice, l’appel aux plateformes d’écriture collaborative présente le grand avantage d’émettre des rétroactions. Ces rétroactions sont d’autant plus pertinentes, car elles peuvent se faire en temps réel en plus d’être individualisées tout au long du processus d’apprentissage.

Un moment charnière

Vous aurez compris que ce segment du CAMP TIC a constitué un moment charnière de réalisation pour les enseignant(e)s qui ont eu l’occasion de créer à leur tour une séquence d’enseignement en mode collaboratif. Le travail d’équipe et la confrontation des idées avec d’autres pairs ont certes fait partie des temps forts de la journée.

S’engager dans son développement professionnel et le leadership scolaire

Les enseignants sont repartis avec deux badges numériques émis par le CADRE21. Un premier badge de CAMP TIC 2016 a souligné la part d’engagement et de réflexion des enseignant(e)s dans leur développement professionnel. Le second badge d’écriture collaborative de niveau explorateur a été octroyé pour la part de recherche réalisée par les enseignant(e)s en vue de la réalisation de leur séquence d’enseignement. Un badge de niveau architecte est à la portée des enseignant(e)s qui feront preuve de leadership en poursuivant leur développement professionnel dans les mois qui viennent.

Si le leadership scolaire réside dans « la capacité d’amener les enseignants et les cadres scolaires à modifier leurs approches pédagogiques ou éducatives de façon volontaire et dans l’intérêt de l’élève », comme l’a affirmé Marc-André Girard, lors de son atelier sur le leadership ; alors les participant(e)s au CAMP TIC deviendront de bons agents de « contamination positive » pour leurs collègues à la rentrée.

Prêts pour la rentrée

Riches de trois journées de formation, les enseignant(e)s sont repartis avec une énergie renouvelée pour amorcer en force une nouvelle année scolaire dont les élèves devraient se souvenir.