La vie en spirale

On croit souvent réinventer la roue, alors que nous marchons souvent dans les mêmes sentiers : souvent pour les refaire parce qu’on s’y sent bien et quelques autres rares fois pour les réimaginer autrement. Alors là, le trajet nous surprend et nous amène à nous dépasser.

La FEEP (Fédération des établissements d’enseignement privés) a souligné en présence (je déteste le mot présentiel) mon départ à la retraite lors de sa dernière assemblée d’automne : 15 mois plus tard. Vous l’aurez compris, j’ai pris ma retraite en pleine pandémie: non pas à cause d’elle, mais parce que je considérais que le temps était venu de re-traiter ma vie à l’aube de la soixantaine.

Des personnalités marquantes de mes dernières années à la FEEP m’ont livré des hommages touchants, sincères et comiques à la fois. Un grand moment d’émotion ! Bien évidemment, on m’a demandé de prendre la parole devant cette assemblée de directrices et directeurs des services pédagogiques. J’essaierai ici de reprendre l’essentiel de mes propos.

« La thématique de la journée que vous venez de vivre portant sur le développement professionnel (DP) est le plus beau lien pour vous adresser la parole aujourd’hui. Le DP, c’est l’éternel enrichissement de nos parcours, leur verdissement comme le décrit si bien le terme anglais d’evergreening. Et c’est justement de mon parcours, de mon itinéraire dont j’aimerais vous parler.

Très jeune, j’étais animé par l’idée de devenir archéologue. Je m’imaginais fouiller des documents et travailler fort sur des chantiers réalisant de belles découvertes que j’aurais le plaisir de partager.  C’est animé de ce désir que j’ai commencé des études en science pour rapidement découvrir que je n’étais pas dans mon élément et que je devais me réorienter.

(Égypte Image Pixabay)

C’est ainsi que je me suis retrouvé enseignant de français au secondaire et de littérature et de communication au niveau collégial. J’ai effectué mon premier retour aux études à peine 10 ans après mon entrée dans la profession. Je vous parle du début des années 90 où je me suis inscrit à un certificat en informatique appliquée à l’éducation, alors qu’il n’y avait pas dix ordinateurs Macintosh à écran vert monochrome (probablement un 512Ke) à la disposition des enseignants  du collège où j’enseignais. Quelle heureuse initiative !  Dire que la pandémie a fait découvrir le numérique à certains enseignants. 

(Macintosh 512Ke https://bit.ly/3BFRAUq )  

Au début des années 2000,  j’ai entrepris une maîtrise en Communication appliquée à l’Éducation portant sur la motivation des garçons à vouloir réussir à l’école en lien avec la maîtrise des compétences en lecture dès leur jeune âge.  Un sujet malheureusement encore trop d’actualité.

À travers ces études, j’ai cheminé sur le plan professionnel pour devenir directeur de niveau, directeur de cycle et directeur des services pédagogiques avant d’arriver à la FEEP comme directeur à l’innovation et au développement pédagogique.  Tout ne se fait pas en criant ciseau. J’ai aussi été animateur radio, cinéaste, et emballeur dans une épicerie (une compétence très utile en couple).

Je m’adresse à vous qui êtes DSP de votre école pour vous parler de l’importance de votre rôle. Si la direction générale est souvent seule en haut de la pyramide administrative d’une école, vous êtes, vous directrices et directeurs des services pédagogiques, responsables du climat de votre école, du déploiement des bonnes pratiques. Vous avez un devoir de cohésion, de collaboration, un devoir d’équipe et, non le moindre, un devoir d’actualisation de la profession.  Le développement professionnel de vos équipes et de vous-même doit être au cœur de vos motivations  pour garder votre école dynamique et vos élèves engagés, ce qui est encore plus fort que motivés.

(Inspiration Image Pixabay)

Vous devez oser innover dans un secteur, l’Éducation, trop souvent réputé pour son conservatisme. J’aurai siégé sur plusieurs comités au ministère l’Éducation (qui ne cesse de changer de nom au Québec), vu passer des ministres, des nouveaux programmes et des réformes, croisé des gens passionnés et passionnants et d’autres plus ronds de cuir et désabusés de l’appareil gouvernemental.   

Il faut se le dire, notre ministère de l’Éducation est paresseux et manque atrocement d’envergure.  Que fait notre ministère des avis souvent fort pertinents du Conseil supérieur de l’Éducation ? Quelle place accorde notre ministère à la recherche universitaire, aux études sur le terrain, aux pratiques exemplaires développées ici et ailleurs ?  Pourquoi notre ministère en est-il un de passage où les fonctionnaires s’empressent de changer de ministère dès qu’ils le peuvent ?  Pourquoi n’avons-nous pas d’Écoles universitaires comme cela se fait dans d’autres pays ?  Pourquoi ce haut lieu d’apprentissage n’est-il réservé qu’à la médecine au Québec ? Pourquoi nos facultés d’éducation demandent la plus basse cote R aux étudiants qui veulent entrer dans leurs facultés ? Pourquoi le développement professionnel (je parle ici d’un vrai plan de DP signifiant) n’est-il pas obligatoire et régit par un ordre professionnel au Québec ?  Pourquoi la profession enseignante attire-t-elle de moins en moins d’hommes ? Pourquoi la profession n’est-elle pas valorisée socialement ?  Pourquoi ? Pourquoi ?

J’aurai posé plusieurs fois ces questions et bien d’autres au fil de ma carrière et plus spécifiquement pendant mes 7 années à la FEEP. Mais ce qui m’étonnera toujours et m’étonne encore, c’est la force et la conviction des gens qui travaillent dans les écoles au quotidien. Leur engagement, leur volonté de faire réussir les jeunes, leur patience, leur amour et leur dévouement pour la petite Maëlle, le petit Nicolas, la grande Ulrich ou le grand Dimitri. Cela ne s’invente pas: c’est de la passion. Malgré les contraintes et la complexité de la tâche de plus en plus lourde.

Vous l’aurez compris, les relations humaines occupent une place prépondérante dans ma carrière. C’est probablement ce qui explique que j’ai quitté mes études au MBA après avoir fait tous les cours de ressources humaines et réussi (sans intérêt, je l’avoue) un cours de mathématiques financières. Là non plus je n’étais pas dans mon élément.

J’ai trouvé mon X quand je suis arrivé à la Fédération et c’est ce que je vous souhaite à tous : Trouver son X pour se réaliser pleinement. J’ai pleinement vécu le sentiment d’être utile, d’aider les autres, de partager et d’être dans le feu de l’action. Combien de fois j’ai eu le bonheur de croiser des gens inspirés et inspirants, de diriger des comités où la force du groupe et l’intelligence collective ont pu se manifester en toute confiance ?

(X Image Pixabay)

Maintenant, je suis travailleur autonome. J’ai quitté le rythme effréné du quotidien,  mais je ne suis pas moins engagé. Un conseil d’administration, des rédactions, des formations, de l’accompagnement professionnel de jeunes directions nouvellement en poste : voici autant de beaux défis à relever. Me voici au temps de redonner et de partager ce que j’ai glané sur mon chemin.

Je n’aurai pas été archéologue, mais, toute ma vie durant j’aurai fouillé des dossiers et travaillé fort sur des chantiers avec de superbes équipes réalisant de belles découvertes que j’ai eu le plaisir de partager. Alors, en quelque sorte, mon rêve s’est réalisé.

Je vous souhaite à toutes et à tous bonne route dans le merveilleux monde de l’Éducation. »

La vie n’est pas un long  fleuve tranquille comme le disait l’écrivaine Gabrielle Roy et c’est bien vrai et c’est tant mieux. Il y a des eaux calmes, il y a des tumultes, des courbes, des détours et des embranchements. 

Je suis arrivé en éducation par accident en me disant que ce n’est pas vrai que l’école doit être ennuyante en réaction à mon triste passage au secondaire.  C’est sûrement cette révolte intérieure et ce doute constant sur la permanence des choses qui m’ont permis d’avoir une belle carrière en éducation, malgré toutes les spirales que l’existence nous fait vivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s